LE RETARD PRIS PAR LA LIAISON FERROVIAIRE ENTRE LYON ET TURIN

est révélatrice du déclin de la puissance française


Après la formidable démonstration de la Suisse, qui a su réaliser plusieurs tunnels traversant les Alpes en direction de la plaine du Pô, puis de l'Autriche qui en a fait de même, voici désormais les italiens qui font la leçon à la France et qui nous reprochent de ne pas décider.


L'agilité médiatique du Président de la République et de son Ministre des Transports ne doivent pas cacher l'essentiel : la grande distribution d'argent public à laquelle se livre la France depuis de trop nombreuses années, un phénomène initié sous la mandature de François Hollande, nous prive désormais des moyens d'investir sur l’essentiel.


C'est pour cela que la France traine sur les investissements relatifs à la liaison entre Lyon et Turin. Les réformes de fond qui ne sont pas faites, celles des retraites, de l'indemnisation du chômage, d'une fiscalité protégeant nos entreprises mettent en difficulté nos grandes infrastructures pourtant indispensables à notre développement économique, et en matière ferroviaire, à la protection de notre environnement et de la biodiversité.


À l'instar de son prédécesseur Emmanuel Macron aura tant parlé mais si peu agi.



Posts récents

Voir tout

Retrouvez mon intervention, en qualité de Président de la Mission d’information du Sénat sur les influences étrangères dans les universités françaises, à l’occasion du débat sur les conclusions du rap

2022 sera l'heure des choix La France est confrontée à des problèmes graves. Elle peut choisir la voie de la résignation et du déclin, de l'acceptation et de la mollesse. Elle peut aussi, riche de sa