Biographie

EtienneBlanc-biographie.png

ÉTIENNE

BLANC

Sénateur du Rhône et de la Métropole de Lyon

 

Président du Groupe d’opposition :
« droite, centre & indépendants » à la Ville de Lyon

 

Candidat de la droite et du centre
à la Ville de Lyon en 2020

Né à Givors en août 1954, Étienne BLANC a vécu une grande partie de son enfance entre Vienne, Lyon et les vallées de l’Ain. Il fait ses études de Droit à Lyon 3, avant de prêter serment à la Cour d’Appel de Lyon, et de continuer à y plaider de nombreuses années. Avocat de formation, expert en droit pénal et social, il exerce à Lyon, Bourg-en-Bresse, avant de s’installer à Divonne, où il deviendra Maire, puis Député de la 3e circonscription de l’Ain, de 2002 à 2016. Il siège à la commission des Lois et des Finances de l’Assemblée Nationale et a également été rapporteur du budget de la Justice. Il a rapporté plusieurs lois sur la protection des sources des journalistes, les relations transfrontalières avec la Suisse et la simplification administrative, sujet qu’il considère comme central dans l’amélioration du fonctionnement des échelons institutionnels et la baisse de la dépense publique.

 

Elu à la Région fin 2015, il est nommé, Premier Vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, présidée par Laurent Wauquiez, en charge de la fusion des anciennes Régions Auvergne et Rhône-Alpes, et des économies budgétaires. Après 3 années seulement de mandat, ce sont déjà 300 millions d’euros d’économies de fonctionnement qui peuvent être inscrites à son crédit, et le retour de la Région, comme grande collectivité locale d’investissement, avec plus de 1 milliard € inscrits en 2020. Un résultat qui a permis à la Région d’investir massivement pour les habitants, sans augmenter les impôts.

 

Musée des tissus, ouverture du 1er campus du numérique au King Charles à Confluence, achat du lycée de Gerland, négociations sur le CPER métropolitain, sur les projets de transports (ex. BHNS Lyon-Trévoux), le SYTRAL, création du campus européen de la sécurité, on lui confie tous les grands dossiers lyonnais et les sujets sensibles qui nécessitent négociation et expertise juridique & financière.

 

Fervent ambassadeur de la décentralisation et du rôle des collectivités régionales et municipales comme meilleures niveaux d’intervention pour la gestion locale, expert des finances publiques, Étienne Blanc agit pour la simplification des démarches administratives comme source d’économies, et les investissements directs au plus près des territoires. Très impliqué sur les relations transfrontalières, avec la Suisse et l’Italie, il s’engage tout particulièrement sur le projet de liaison ferroviaire européenne Lyon-Turin pour lequel il négociera avec Bruxelles afin d’augmenter la part du financement de l’Europe sur les voies d’accès françaises au tunnel international.

 

Dès 2018, il se lance à la reconquête de la ville de Lyon, en renouvelant les équipes et le projet politique de la droite et du centre. Programme très innovant en matière d’écologie, de sécurité et de proximité, organisation d’ateliers thématiques, évènements de mobilisation, il rassemble progressivement une équipe de plus de 450 personnes experts, référents de quartiers, ambassadeurs qui sillonnent la ville de Lyon pour présenter le projet de nouveau souffle « Bleu, Blanc Lyon ». A quelques jours du 1er tour des municipales, il arrive en tête des derniers sondages, crédité de 23% des intentions de vote devant les Verts, crédités eux de 20%. Le soir même, dans un discours télévisé, le Président de la République annonce la fermeture des écoles, puis la veille du scrutin, à 20h, le premier ministre annonce la mise en place d’un couvre-feu immédiat, avant un confinement généralisé le mardi suivant, avec les incidences que l’on connait désormais sur la participation des électeurs aux municipales. Au 2nd tour, alors qu’il arrive en 2nde position derrière EELV, il retirera sa candidature, au profit de celle de Yann Cucherat arrivé pourtant en 3e position, dans le cadre d’un accord entre François-Noël Buffet et Gérard Collomb pour tenter de gagner la métropole de Lyon. Au final, sur la Ville de Lyon, la droite remporte 2 arrondissements, le 2nd avec Pierre Oliver et le 6e avec Pascal Blache (sortant), et constitue un nouveau groupe d’opposition de « la droite, le centre et les indépendants ». Afin de pouvoir continuer à peser sur l’avenir de la droite lyonnaise et participer à la reconstruction de sa famille politique, mais aussi pour défendre le rôle des maires et des élus locaux, et leur donner les moyens d’agir dans la situation si singulière que nous traversons, Étienne Blanc décide de conduire une liste de la droite et du centre aux sénatoriales du Rhône et de la métropole de Lyon en septembre 2020, aux côtés de Béatrice Berthoux et de Jérémie Thien, tous deux issus du Beaujolais. Le 27 septembre au soir, Etienne Blanc est élu Sénateur du Rhône pour un mandat de 6 ans.

BIO EXPRESS
Étienne Blanc

trombone.png
  • Né à Givors en août 1954, études à l’Institut Robin (38), fac de droit à Lyon 3, exerce comme avocat à Lyon, Bourg-en-Bresse, puis Divonne (01), où il deviendra Maire pendant 28 ans, et Député de 2002 à 2016 (commission des Lois et des Finances, rapporteur de lois sur la simplification administrative, spécialiste des finances publiques)
     

  • De 2016 à 2020, 1er Vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en charge des finances : 300 millions € d’économies pour 1 milliard € d’investissements, gestion de 8 500 agents et pilotage de grands dossiers
     

  • Depuis 2018, remobilise la droite lyonnaise aux élections municipales de Lyon autour d’un programme novateur sur les questions de sécurité, d’environnement et de proximité
     

  • Depuis fin 2020, il est Sénateur du Rhône et de la métropole de Lyon et poursuit la rénovation de la droite locale

À SAVOIR

trombone-BLEU.png

Grand spécialiste de Brillat-Savarin, il est intarissable lorsqu’il s’agit d’évoquer « la physiologie du goût », le courant des physiocrates, ou encore l’histoire culturelle et économique de notre région, dont il aime sillonner les grands espaces, souvent lors de longues marches dans les plaines de l’Ain, les plateaux du Jura ou des Alpes.